Gainsbourg (vie héroïque)

Publié le par Cinémavis

Gainsbourg vie heroïque

Le premier film du dessinateur et désormais réalisateur Joann Sfar est une réussite.
Les passages de la vie de Serge Gainsbourg (Lucien Ginsburg) font l'objet d'une interprétation très intéressante de la part de l'acteur Eric Elmosnino, qui a su capter les mimiques et les gestes habituels du chanteur. Une petite touche loufoque est présente grace à sa conscience présentée sous forme d'une créature tout droit sortie d'un rêve d'enfant. Les femmes de Gainsbourg sont interprétées par une sublime Laetitia Casta en B.Bardot, et une Lucy Gordon très charmante. Le film rend hommage à cette dernière qui malheureusement s'est donnée la mort à la fin du tournage. On apprécie réécouter les classiques musicaux de "l'homme a la tête de chou" et il est agréable de découvrir sa personnalité au fur et à mesure de sa vie, qu'il s'agisse d'amour, de famille ou de musique...
Pour conclure "Gainsbourg (vie héroïque)" mérite d'être vu, car amateurs ou non vous apprécierez forcément l'humour et la décadence de ce film !

Notre note : 15/20 

resume

La vie de Gainsbourg, du jeune Lucien Ginsburg dans le Paris occupé des années 1940, jusqu'au poète, compositeur et chanteur célébré dans le monde entier.
Le film explore son itinéraire artistique, du jeune homme épris de peinture à la consécration de sa musique dont l'avant-gardisme en a fait une véritable icône de la culture française. Mais aussi la complexité de sa vie adulte à travers ses amours tumultueuses.
 

informations 
Réalisé par Joann Sfar
Avec Eric Elmosnino, Lucy Gordon, Laetitia Casta
Biopic, Musical (2h10) 

bandeannonce


Publié dans Critiques de films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Phil Siné 29/01/2010 11:29


excellent film en effet, plein de trouvailles visuelles géniales !


César 27/01/2010 21:33


Enfin c'est plus que loufoque, c'est quasiment poétique et allégorique, on imagine déjà Greco parlant sous les traits d'un chat noir afin d'exprimer sa sensualité fauve. Et pouf le chat disparait
et puis bah merde, 2sec bien burnée comme il faut. Si le film était comme ça sur toute la durée, le film m'aurait fait jouir ^^


César 26/01/2010 20:12


Interessant, très interessant, Bon déjà le film est bien moins convenu que prévu que la moitié des Biopics larmoyant qui fleurissent et qui ouvrent la porte d'Hollywood a des actrices pas non plus
incroyablement brillante (je ne vise personne ^^). Joann Sfar, dessinateur de BD, (Chat du rabbin, petit vampire ou encore Sardine de l'espace) au commande avec son regard frais, nouveau et très
visuel sur le cinéma. Mais attention le cul entre deux arts peut très vite tomber dans la faute de goût. Et bah oui il ya des fautes de gouts (La danse avec le gros Juifs, la voiture sur la plage
pour annoncer la fin du film, un peu trop symbolique a mon gout) il y a des erreurs de mise en scène (Cadres étranges, travellings inutiles...), de l'ambition qui se dégonfle(pourquoi ne pas avoir
persisté avec l'allégorie du chat de Gréco), et pourquoi avoir tellement cloisonné à ce point les différentes étapes de la vie de Notre Gainsbourg national ? Merde c'est vrai quoi on passe d'un
tranche de vie a une autre, sans aucune transition, aucun lien, aucune trace de la tranche précedent et puis pourquoi s'arrêter a des clichés sur certaines grandes figures de la chanson françaises
(France Gall en tête)
Mais Bordel de merde (désole) pour un premier film, c'est quand même bien couillu, bien osé et bourré de qualité, Allez Monsieur Sfar le prochain sera encore mieux. Eric Elmosino est à tomber par
terre, (Mr je m'incline devant vous et fait des rituel vaudous, comme des sacrifices humains et animaliers...), les autres acteur bien qu'écrasé par la présence d'un monstre a en devenir, reste
justes et efficaces.
Et puis pour finir parce que je parle trop ^^, le film ouvre une nouvelle génération de biopic ,qui on espère tous seront de la qualité de leur prestigieux modèle !


Cinémavis 26/01/2010 20:56


En effet nous soulignons une fois de plus le talent de Joann Sfar (malgré quelques irrégularités, normales pour un premier film) et celui d'Eric Elmosnino ! Pour le chat de Gréco, c'est sur que
l'on aime ou on aime pas ces petites touches loufoques.

L'équipe Cinémavis